PARIS SPORTIFS

Jeu légal

FOREX EN LIGNE



Newsletter Jeu Légal

eSport betting

Les paris sur les compétitions virtuelles autorisés en Belgique

15/05/2018

L’arrêté royal autorisant les paris sur les matchs virtuels a été publié la semaine dernière en Belgique, et est entré en vigueur le 9 mai dernier. Une bonne nouvelle pour Derby, la filiale du groupe Ladbrokes Coral, qui peut à nouveau offrir ce type de jeu à ses clients, mais également pour ses concurrents, qui peuvent désormais proposer leur offre en toute légalité.

L’arrêté royal adopté par le Gouvernement belge, qui définit les paris sur les matchs virtuels comme des jeux de hasard automatiques, en autorise également l’exploitation dans les agences de paris. En effet, ces jeux consistent en des paris sur les résultats de matchs de football ou d’autres sports entièrement fictifs, dont les scores sont déterminés de manière aléatoire par des logiciels.

Une bonne nouvelle pour Derby

Cette adoption est une bonne nouvelle pour Derby. Premier opérateur à lancer des paris sur matchs virtuels en Belgique il y a six ans, la filiale du groupe Ladbrokes Coral avait dû en suspendre sur Ladbrokes.be l’exploitation le 3 avril dernier, suite à diverses actions en justice intentées contre cette situation par des opérateurs concurrents.

Une exploitation soumise à conditions

L’exploitation des paris sur matchs virtuels est cependant soumise à conditions. En effet, ces derniers ne pourront être exploités que par les titulaires d’une licence de classe F1, donc les opérateurs de paris ; le logiciel du serveur et les terminaux dans les établissements de paris devront être agréés par la Commission des jeux de hasard ; le serveur devra être situé en Belgique, voire à l’étranger sous conditions et moyennant une expertise préalable effectuée par le régulateur ; chaque joueur devra être clairement informé du caractère virtuel de l’événement sportif concerné ; il sera interdit de faire référence à des noms de joueurs, d’équipes, de concours ou de compétitions existants pour éviter toute confusion possible ; il devra s’agir de sports réels, les paris virtuels restant interdits sur les compétitions de e-sport ; chaque agence de paris ne pourra pas affecter plus de deux terminaux à ce type de jeux et ce, sans augmenter le nombre d’appareils par établissement ; la règle de la perte horaire maximale, fixée à 12,50 euros, sera d’application.

Reste encore au régulateur à rédiger des protocoles de contrôle et de spécifications techniques de ces jeux. Pour cela, deux périodes transitoires ont été prévues par le Gouvernement : une de deux mois pour indiquer au régulateur le nombre d’appareils qu’il compte utiliser, et une de trois mois pour se conformer au protocole de métrologie, qui n’est pas encore écrit. 

Avec L’Echo

 
>> Toutes les actualités générales du pari sportif légal en Suisse
 

Actualité du pari sportif en ligne légal en Suisse

23/05/2018 La défiscalisation des gains issus des loteries et des paris sportifs divise en Suisse
La nouvelle loi sur les jeux d'argent prévoit la défiscalisation des gains de moins de moins d'un million de francs suisses issus des loteries et des paris sportifs. Déjà en vigueur pour les gains dans les casinos, cette m... Lire la suite

Jeu Légal Suisse
15/05/2018 Les paris sur les compétitions virtuelles autorisés en Belgique
L'arrêté royal autorisant les paris sur les matchs virtuels a été publié la semaine dernière en Belgique, et est entré en vigueur le 9 mai dernier. Une bonne nouvelle pour Derby, la filiale du groupe Ladbrokes Coral, qui... Lire la suite

Jeu Légal Suisse
13/03/2018 German Tote a renoué avec la croissance en 2017
L'opérateur de paris hippiques et sportifs German Tote, dont le PMU est actionnaire majoritaire, a renoué avec la croissance l'an dernier, affichant un résultat net de 1,2 million d'euros pour 277 millions d'euros d'enje... Lire la suite

Jeu Légal Suisse
>> Toutes les actualités des sites de paris sportifs légaux en Suisse
 

  Accueil > Paris sportifs > Actualités du pari sportif légal en Suisse > Les paris sur les compétitions virtuelles autorisés en Belgique